Maternité

J’ai une faible réserve d’ovaires

Pour qu’une grossesse naturelle ait lieu, il ne suffit pas d’avoir des spermatozoïdes de bonne qualité et en quantité suffisante. Il est également essentiel que la femme dispose d’une bonne réserve ovarienne. Il s’agit d’un élément clé de la fertilité de la femme et correspond au nombre de follicules ovariens.

Contrairement aux hommes, dont le corps renouvelle constamment le sperme depuis la puberté, Les femmes ont un nombre prédéfini de follicules ovariens dès la naissance, qui diminue au fil des ans.

Certainement, la probabilité de devenir enceinte est directement liée à la réserve ovarienne. En ce sens, plus le nombre de follicules est élevé, plus les chances de concevoir sont grandes. Avec l’âge, la quantité et la qualité des follicules ovariens diminuent, bien que le taux d’altération de la réserve soit inégal d’une femme à l’autre.

En fait, la régulation et le nombre de follicules ovariens varient d’une femme à l’autre. Les facteurs environnementaux, tels que les polluants chimiques, le stress ou les ondes électromagnétiques, peuvent moduler l’expression des gènes et donc agir sur cette régulation de l’ovaire et de son ovule. Il peut en résulter une accélération plus ou moins rapide de la réserve aux follicules, jusqu’à atteindre le stade de l’insuffisance ovarienne, et donc de l’infertilité féminine.

La réserve ovarienne

Le terme « réserve ovarienne » désigne une l’évaluation du nombre de les follicules ovariens présent dans les ovaires à un moment donné de la vie d’une femme. Il indique également où en est la femme dans sa période de reproduction et combien de temps cette étape peut durer approximativement.

Parce que les ovaires sont capables de produire des ovules grâce à la stimulation. Cette capacité est appelée réserve ovarienne et est étroitement liée à l’âge de la femme. En effet, la réserve ovarienne reste stable jusqu’à l’âge de 35 ans, puis diminue progressivement.

La réserve ovarienne est génétiquement déterminée et donc individuelle, malgré l’âge de la femme. Comme mentionné ci-dessus, certaines conditions peuvent réduire la réserve ovarienne d’une femme.

Toutefois, vous devez garder à l’esprit que l’évaluation de la réserve ovarienne est l’une des premières mesures à prendre pour évaluer l’infertilité d’un couple et déterminer le degré d’urgence médicale. De plus, n’oubliez pas que la réserve ovarienne est l’un des facteurs qui limitent la possibilité d’une grossesse naturelle et le taux de réussite des traitements de procréation assistée.

La réserve ovarienne et la probabilité de conception

La probabilité de grossesse dépend non seulement de la réserve ovarienne, mais aussi de l’âge de la femme. Par exemple, il y a des cas de femmes qui, à l’âge de 30 ans, ont une faible réserve ovarienne avec peu d’ovules mais de bonne qualité.

En revanche, d’autres femmes de 40 ans peuvent avoir plus d’ovules, même s’ils sont de moins bonne qualité. Cela explique pourquoi l’âge des ovaires de chaque femme ne correspond pas exactement à son âge biologique. En revanche, elle illustre parfaitement le fait qu’il existe des femmes du même âge ayant une réserve ovarienne différente. Car même l’âge de la ménopause chez la femme est fortement influencé par l’âge de la ménopause chez la mère, ce qui indique une composante génétique.

Comment est-il possible de préserver la réserve ovarienne ?

D’autre part, vous devez garder à l’esprit que Certains facteurs environnementaux peuvent affecter la production de follicules pendant la durée de vie de l’utérus. Par exemple, le tabagisme, le traitement avec certains médicaments comme la chimiothérapie, et probablement même l’exposition à des agents toxiques, anticipent la ménopause et affectent donc la réserve ovarienne.

Heureusement, vous devez savoir que il est possible de préserver une telle réserve en suivant un mode de vie approprié. Cela signifie avoir une alimentation saine et équilibrée, faire de l’activité physique et, si possible, ne pas fumer.Faible réserve ovarienne.

Avant de terminer, nous vous rappelons que la réserve ovarienne diminue progressivement avec l’âge jusqu’à son épuisement. Ce déclin est constant jusqu’à l’âge de 37 ans et s’accélère ensuite jusqu’à la ménopause. Par conséquent, l’âge est le principal facteur de risque d’une mauvaise réserve ovarienne. Cependant, toutes les femmes du même âge n’ont pas la même réserve, car celle-ci varie beaucoup d’une femme à l’autre.

Vous pourriez également aimer...