Maternité

Qu’est-ce que le dépistage prénatal non invasif ?

Les femmes enceintes doivent subir différents contrôles pour vérifier que la gestation se déroule normalement. Grâce à ces différentes évaluations, comme le dépistage prénatal non invasif, la santé du bébé et de la mère est suivie et tout doute ou crainte peut être soulevé auprès du spécialiste.

Pour ce contrôle, Il existe un certain nombre de tests qui permettent de connaître l’état de développement de l’enfant. L’un d’entre eux est le dépistage prénatal non invasif, qui est effectué au cours du premier trimestre de la grossesse.

Dans le cadre du dépistage prénatal, le risque est déterminé par un algorithme qui prend en compte l’âge maternel, les valeurs d’un ensemble de marqueurs dans le sérum maternel, l’épaisseur de la translucidité nucale du fœtus et, dans certains cas, la mesure de l’os fœtal natal

Dépistage prénatal ou projection prénatal non invasif

Il est connu sous le nom de dépistage prénatal non invasif à un test de laboratoire qui aide à calculer, à partir de l’ADN fœtal dans le sang maternel, la possibilité d’une trisomie des chromosomes 13, 18, 21 et Y dans le fœtus.

Grâce aux progrès de la médecine ces dernières années, ce test peut être effectué à partir de la 10e semaine de grossesse. Les résultats sont publiés après 7 jours et l’entreprise est sûre à 97 % des résultats.

De plus, comme son nom l’indique, ce n’est pas un test invasif. Cela signifie qu’il n’est pas nécessaire de retirer le liquide amniotique, qui est le liquide qui entoure le bébé dans l’utérus, ou d’insérer des aiguilles dans l’abdomen pour retirer ce qui est nécessaire.

« Le dépistage prénatal non invasif a été développé pour être un test prénatal plus précis pour les femmes de tout âge et de toute catégorie de risque.

Comment ce test est-il effectué ?

Afin de procéder à un dépistage prénatal non invasif, les cellules fœtales qui sont accidentellement passées du fœtus au sang de la mère doivent être observées dans l’échantillon de sang.

Grâce à ces cellules, on peut exclure les anomalies des principaux chromosomes. Il s’agit du chromosome 21, qui implique le syndrome de Down, du chromosome 18, qui est lié au syndrome d’Edwards, et du chromosome 13, qui indique le syndrome de Patau, l’infertilité du chromosome Y ou le syndrome de Jacobs.

Lorsque le résultat du test est négatif, il y a très peu de chances que le bébé présente une anomalie chromosomique. Si le résultat est positif, il est recommandé de répéter le test. Si les résultats continuent à être positifs, doit être confirmée, comme indiqué par le gynécologue, par une amniocentèse ou une biopsie choriale.

Quand effectuer un dépistage prénatal non invasif

Il est essentiel de tenir compte du fait que chacun des examens que la mère subit pendant sa grossesse doit être sous observation médicale et approuvé par un spécialiste. En termes généraux, Le dépistage prénatal non invasif est recommandé dans tous ces cas :

  • Femmes ayant eu des grossesses antérieures et souffrant du syndrome de Down ou une autre sorte d’anomalie.
  • Lorsque les deux parents sont porteurs de maladies autosomiques récessives : C’est l’une des nombreuses façons dont un trait, un trouble ou une maladie peut être transmis des parents à l’enfant.
  • Si l’un des parents est porteur d’une anomalie du caryotype : Il s’agit de la présentation graphique des chromosomes.
  • L’âge de la mère est de 35 ans ou plus.

L’aspect le plus frappant de ce test est que, contrairement aux autres tests de diagnostic prénatal, ne présente aucun risque, ni pour la mère ni pour le fœtus.

Une fois le test de dépistage prénatal non invasif effectué, vous pouvez reprendre vos activités quotidiennes, mais sans grand effort.

Résultats du diagnostic prénatal

Une fois le test de dépistage prénatal non invasif effectué, vous pouvez reprendre vos activités quotidiennes, sans effort. Normalement, il est recommandé de ne pas avoir de relations sexuelles pendant quelques jours.

Soyez patient dans l’attente des résultats et essayez de ne pas vous énerver si le premier test est positif. Il est essentiel de rechercher le calme et de se soumettre à la répétition de l’épreuve.

Il est également important de se rappeler que si le résultat est à haut risque, il doit être confirmé par une amniocentèse ou une biopsie choriale, si le gynécologue le considère comme tel.

Ce test permet de connaître le développement et la santé du fœtus dès le début de la grossesse. C’est pourquoi il est de la plus haute importance de le réaliser et d’éliminer tout type de doute qui pourrait surgir tout au long du processus de gestation. Ainsi, des anomalies peuvent être exclues et cette période peut être appréciée sans aucune inquiétude.

Vous pourriez également aimer...